google-site-verification=wcf63FocrV5e43m7d0narloCJgc4DvbwP81x65UnGCY
top of page
Rechercher

Forfait et régie : les avantages et les différences


Le contrat au forfait : de quoi s’agit-il ?

On parle de contrat au forfait lorsqu’un prestataire informatique offre un service informatique à un coût forfaitaire, mais à une date donnée.


Ainsi, tout contrat au forfait requiert un budget clair, une date précise à laquelle la livraison doit être faite et une surface précise qui cadre l’outil à développer.


Le prestataire de service en développement web est incontestablement celui qui doit gérer le projet du début jusqu’à ce que les utilisateurs finaux soient livrés, et ceci dans le respect des normes. On peut insérer dans ledit contrat des pénalités à payer au cas où le prestataire de service ne livrerait pas à bonne date.


Attitudes pour les demandes faites en dehors de la zone initiale

Tout donneur d’ordre qui ordonnerait à un prestataire de service de prendre en compte les demandes qui sont hors du périmètre initialement retenu devra payer à ce dernier une autre somme. Ainsi, il pourra exécuter ces nouvelles commandes. Par conséquent, de nouveaux devis complémentaires seront établis.


Contrat contenant beaucoup d’éléments caractéristiques du projet

Lorsqu’un contrat lie une personne à un prestataire de service informatique, il est important que ce dernier ait tous les éléments possibles.


Pour la conception du produit commandé, il est important que ledit prestataire des services IT dispose de toutes les informations capitales. Sinon, ce genre de contrat au forfait n’avantagerait aucune des deux parties. Si l’entreprise informatique souhaite faire correctement son devoir, elle doit demander à son client de transmettre l’intégralité des éléments indispensables.

Si en revanche, il n’y a pas assez d’éléments pour couvrir toute la mission puis la rendre fructueuse, le prestataire de service est invité à se désengager (pour ce genre de contrat, en tout cas). L’idéal serait plutôt un contrat « en régie ».


Avec le contrat conclu, les deux contractants sont d’accord. Pour la désignation du chef de projet, c’est l’Entreprise de Services du Numérique iDEV qui s’en occupe. Pour toute autre chose concernant l’exécution du projet informatique et son avancement, le responsable dudit projet est le principal interlocuteur entre les deux parties (client et prestataire). Parlant de la technique Scrum, ce dernier peut constituer un Product Owner. Plusieurs choix s’offrent au responsable du projet quant à la façon dont il pourra travailler. En effet, il peut rester à côté du client ou chez lui et télétravailler. Il peut aussi se rendre à l’Entreprise de Services du Numérique et travailler à distance. Par ailleurs, la première proposition est l’idéal, notamment pour un projet qui vient de démarrer. Comme cela, il pourra gérer correctement et échanger des données en temps réel.


Contrat en régie : qu’est-ce que c’est ?

On parle de contrat en régie lorsque le prestataire de service informatique adresse au client une facture datée de plusieurs jours en arrière. La plupart des entreprises qui offrent des services de développement informatiques ou encore des services d’ingénierie logicielle comme iDEV utilisent la régie. D’habitude, les petites comme les moyennes entreprises fonctionnent de cette façon. Avant tout, les deux parties s’entendent sur un TJIM (Tarif Journalier). Ils définissent également plusieurs ressources tels que les développeurs, les chefs de projet, les consultants et autres qui seront utilisés dans l’exécution du projet.


Par exemple, une société engage cinq développeurs Symfony pour augmenter l’effectif de ses techniciens. Ces développeurs se chargeront de refondre le site de vente de l’entreprise. L’équipe interviendra rapidement pour une durée de 6 mois qui peut être reconduite.

On considère parfois la régie comme une assistance technique.


Dans un contrat régie, on doit retrouver la date de démarrage, la durée d’exécution du projet (faire une approximation). La facture doit être faite au passé et le tarif devra être journalier moyen.

Pour réussir sa mission, un consultant devra être affecté au client. C’est le minimum à faire.

Lorsque l’on n’a pas une idée précise du projet, l’idéal serait d’opter pour un contrat en régie. Toutefois, pour bien orienter ce dernier et lui faire comprendre ces intentions, il serait bien d’adresser au prestataire de service un cahier de charges sans être obligé d’y apporter tous les détails comme un cahier pour un contrat au forfait.


C’est dans un contrat régie qu’on parle d’obligation de moyens pour le prestataire. Toutefois, le client peut exiger au prestataire de bons résultats même si au départ le type de résultat attendu n’est pas précisé.


La plupart du temps, le consultant se comporte comme un travailleur de l’entreprise du client. Après cela, il est possible de choisir d’autres formes de travail, en l’occurrence le télétravail qui peut être effectué en étant à la maison ou chez le prestataire.


Forfait et régie : les avantages

Afin de les énumérer, un tableau devra être dressé pour permettre à tout le monde de bien comprendre chacun des contrats.

- Bonne flexibilité ;

- Mise à disposition de plusieurs personnes spécialisées en développement web, logiciels et mobiles ;

- Moins de pression en cas de dépassement du périmètre affecté au projet ;

- Pour l’obligation de moyens, les moyens indispensables à l’exécution de la tâche sont mis à disposition ;

- Pour la livraison, aucune date limite ne sera insérée dans le contrat ;

- Le développement au forfait ;

- Pour l’obligation de résultat, c’est le prestataire informatique qui prend tous les risques

- Le budget retenu est très surveillé.

留言


bottom of page